Mes autres projets couture de 2019

Place maintenant au reste des cousettes de 2019 (pour moi, puisque j’ai aussi cousu pour mon mari un peu, et pour ma fille un peu plus)

J’adore mon manteau. Et c’est rien de dire !

Tout d’abord le patron : il fait partie des basiques des éditions la plage. J’ai appris plein de petites choses en le faisant, comme les bandes d’entoilage à poser sur les têtes de manches pour éviter qu’elles ne se déforment ou encore comment coudre des poches plaquées, sans surpiqûres ! (je n’aime toujours pas les surpiqûres !). D’ailleurs, l’explications pour ces dernières ne sont pas dans le livret mais sur le blog de Carmen. Elle a fait tout une série d’articles pour compléter le livret et je vous conseille vivement de les lire.

J’ai fait deux modifications :

  • J’ai fait une doublure complète : pour l’original, la doublure s’arrête au niveau de la taille mais je n’aime pas trop ça. Carmen explique sur son blog comment faire pour avoir une doublure complète. Encore une fois, je vous conseille d’aller voir. Il ne suffit pas de rallonger la doublure ;-).
  • J’ai rallongé le manteau de 20 cm. j’ai failli regretter de ne pas avoir fait de fente au dos, mais finalement, ça ne me gêne pas pour marcher.

J’ai acheté dernièrement un superbe lainage rouge et un joli tissu en guise de doublure sur le marché de Bourg-La-Reine #marcoledealeur pour m’en faire une nouvelle version l’année prochaine.

Fin 2018, j’ai acheté 3 kits complets sur le site de Tailor Made Shop. Les frais de port sont élevés, mais au final, comparé à devoir acheter tout ce qu’il faut pour faire un soutif sur 475 sites différents avec autant de frais de port, cela reste raisonnable.

Et sur les 3 kits, je n’en ai fait qu’un seul, celui-ci.

Je voulais faire un fenway, car j’avais besoin d’un soutif avec de la transparence car j’aime la transparence mais qui ne laisse pas voir le téton. Le fenway était tout indiqué.

Il est super joli non ?

J’avais acheté les armatures sur le même site. Mais j’ai été mal conseillée et elles étaient trop grandes. J’en ai utilisé d’autres que j’avais dans mon stock, mais l’écartement était trop large : ça tirait sur les bonnet et ça m’aplatissait la poitrine.

J’ai pris mon courage à 2 mains lorsque j’ai reçu ma nouvelle machine à coudre et j’ai changé les armatures. C’est beaucoup mieux maintenant, même si le soutif m’aplatit toujours un peu la poitrine. Je pense que c’est simplement un modèle qui ne me convient pas parfaitement. j’ai besoin d’un modèle plus dégagé, comme un balconnet. Ceci étant, ça ne m’empêche pas de le porter !

C’est lui qui a eu le droit à mon seul et unique billet, de 2019, jusqu’à mon récap de l’année. Je vous laisse aller le voir.

  • Jupe boutonnée #1

Pour cette jupe, que vous avez déjà vu dans le billet sur les hauts cousus en 2019, j’ai utilisé une viscose terracotta. LA couleur de 2019, non ?

Pour le patron, j’ai utilisé la jupe de ma robe boutonnée noire, cousue pour l’été, et issue du Burda de septembre 2014. J’ai pris la jupe dans le biais, mais cela n’a pas été une très bonne idée, car le tissu est léger et avec le boutonnage, ça forme des plis un peu bizarres. Soit, je crois qu’il n’y a que moi qui les voit !

Comme initialement, c’était une robe, j’ai ajouté une ceinture, dans la quelle j’ai ajouté un élastique, pour qu’elle soit bien plaquée à la taille, tout en restant confortable.

J’ai également eu un autre petit souci : la ceinture et la jupe, font un bec au niveau du boutonnage. J’ai déjà remarqué ça sur des jupes boutonnées sur d’autres personnes, même sur des jupes du commerce ! Après discussion avec ma mère, il faudrait normalement insérer quelque chose comme de l’extrafort, pris dans la ceinture et la patte de boutonnage de la jupe, pour éviter cet effet. Je pense que mon ancienne machine ne l’aurait pas supporté au moment des boutonnières ! A la place, j’ai ajouté une petite agrafe, et ça fait pas trop mal le job.

J’aime beaucoup cette jupe. J’aime particulièrement la manière dont elle vole quand je marche ( la petite fille en moi adore !). Je l’ai beaucoup portée cet été, et j’ai été contente de trouver cette association avec bottes et haut noir pour la reporter à l’automne.

  • Jupe boutonnée #2

Je suis un mouton et j’ai voulu moi aussi avoir ma mini boutonnée en velours côtelé comme chez Sézane. le patron que j’ai utlisé et un patron très très modifié de chez Burda.

J’avais déjà utilisé ce patron pour d’autres jupes cousues dans un tissu moins raide que le velour. Il s’est avéré que la jupe était un peu serré. Mais en décalant un peu les boutons, mes fesses se sont senties plus à l’aise !

Comment j’ai fait pour décaler les boutons, avec les boutonnières, toussa toussa me direz-vous ? Et bien, en fait, je n’ai pas de boutonnière. Les boutons sont juste là pour faire joli et il y a un zip sur le côté.

Pour la petite histoire, je trouve que la longueur fait un peu mémère, et je suis en train de raccourcir la jupe !

Il y a deux ans, j’ai déjà cousu ce patron, mais dans un jersey et en version courte pour faire une veste. Très confortable, je la porte souvent l’hiver, au-dessus de mes tenues.

Après avoir fait ma robe Carole, je voulais un manteau noir et long (car les carreaux de mon manteau Carmen s’accorde mal avec les imprimés qui dépassent !

J’ai donc choisi de faire ce manteau en le rallongeant comme Cleml’avait déjà fait.

  • Côté taille, j’avais essayé une version du manteau en 38 lors du CSF l’année où il est sorti. Il tombait nickel, mais je ne portais qu’une chemise. J’ai donc cette fois choisi de le faire en 40.
  • Pour la longueur, j’ai rallongé de 30 cm, en intégrant une fente au dos, sur les conseils de Clem (j’ai un peu merdouillé au niveau de la doublure, il faut que je corrige ça). Il me semble très long, je ne sais pas encore si je vais le garder comme ça, ou si je vais quand même enlever 10 cm.
  • Et enfin les manches : j’avais oublié ce que Clem m’avait. Mais elles sont serrées !! 3 cm de différences en largeur avec le manteau de Carmen. Et vue la coupe du manteau (une seule pièce pour le devant et le devant de manche) impossible à recouper ! J’ai donc rogner sur les 2 coutures des manches. J’ai gagné 2 cm et c’est finalement suffisant. Espérons que les coutures ne craquent pas !

Mes hauts tops, blouses et chemises en 2019

Ce que je couds le plus, ce sont les robes.

Je dois me faire violence pour coudre autre chose et en particulier les hauts, pour mettre avec mes jeans que je porte beaucoup !

Que dire de cette blouse : je l’adore ! Les explications sont limpides, elles tombent super bien, bre, je l’adore (mais ça je l’ai déjà dit !)

J’ai utilisé des boutons recouverts (j’ai une passion pour les boutons recouverts) .

Le tissu vient de la même boutique que souvent qui vend ses fins de rouleaux. Il est très fluide. Je l’ai amidonné suivant la recette de Des Idées par Milliers. J’avais peur que l’entoilage ne tienne pas, mais finalement, aucun problème !

J’avais déjà fait une version manches longues de ce patron avec une maille rayée. Et puis j’ai vu une version manche courte et j’ai voulu la faire !

j’ai utilisé un jersey assez épais, et je dois avouer que ce n’est pas une grand réussite car il rend le t-shirt un peu rigide, et avec les plis, ça ne tombe pas toujours très bien.

Ceci dit, avec un t-shirt et des baskets, ça donne un petit look casual que j’aime beaucoup.

Le patron était disponible dans le hors-série Modes et travaux avec Artesane. C’est une petite blouse toute simple, mais je dois avouer que j’ai un peu galérer :

  • j’ai fait la taille correspondant à mon tour de poitrine (taille 40). Mais héals, les épaules tombaient beaucoup trop. Je ne suis pas très fan des épaules tombantes. Et sur la photo du magazine, ce n’était pas comme ça. Armée de mon découd-vite, j’ai démonté les manches et j’ai raboté les côtés : 4×3 cm quand même !
  • Ma deuxième galère était liée au tissu : pour que les festons tiennent bien en place, j’ai ajouté une surpiqûre. Mais comme pour les épaules tombantes, je ne suis pas une fan des surpiqûres ! j’ai tout enlevé, mais Malheur ! Ça avait marqué mon tissu. Passage à la machine : rien n’a changé !!! Et puis finalement, c’est avec un coup de fer que les trous laissés par les surpiqûres ont disparu, et les festons tiennent bien en place par la même occasion 😉

Au-delà de ces galères, cette petite blouse très confortables, fait son effet, un effet très chic !

Le patron que l’on ne présente plus ! Beaucoup de couturière l’ont fait, et j’ai l’impression que beaucoup de marques de patron, ont fait leur version 😉

Il est très simple et j’aime beaucoup son décolleté dos et devant.

En plus, il n’est pas gourmand en tissu, de quoi en faire plein à glisser sous les pulls en hiver avec les chutes de tissu.

Ceci dit, mon coupon n’était pas suffisamment grand pour la version modifiée que j’ai faite ici, avec des bretelles nouées (puisque dans le modèle original, les bretelles sont coupées à part).

j’avais déjà fait une version il y a quelques temps dans ce la double gaze noire. Je la trouvais trop large, et cette fois, j’ai fait la taille en dessous. Si j’avais été un peu plus maline (ou si j’avais réfléchi 2 secondes de plus), j’aurais réalisé que le tissu de cette version était plus raide, et qu’il n’était pas judicieux de faire la taille en dessous.

L’effet est donc asses différent de ma première version, mais il ne me sert pas pour autant, donc tout va bien !

Et voici ma version n°2, dans un coupon de tissu que j’avais depuis trèèèèèès longtemps. Comme quoi, il ne faut pas se séparer de ses tissus ;-). Rien à dire de plus ici, que ce que j’ai déjà dit juste au-dessus.

  • Ma chemise 70’s

Après la robe 90’s, voilà ma chemise 70’s !

Le patron est un patron Burda, je ne sais plus lequel. C’est celui que j’utilise pour toutes mes chemises.

Le tissu est un crépon qui vient des coupons de Saint-Pierre, que j’ai acheté en même tant que le crépon de la robe Oxanne.

Cette fois, j’ai cousu la chemise sans repasser le crépons, à aucun moment. Je peux donc porter cette chemise selon deux versions :

  • non repassée, pour une version près du corps
  • repassée, pour une version plus loose (c’est celle que je préfère)

Mes nouvelles robes en 2019

Un seul post en 2019…

L’idee n’est pas forcement d’y remédier mais de faire un bilan de 2019 et de parler un peu plus longuement de mes projets cousus, un peu !

Je commence par mes robes.

  • Ma robe rouge et ses fleurs noires :

Le patron est issu du Burda de octobre 2018.

Depuis le début, je ne voulais pas de manches bouffantes aux poignets, mais j’avais dans l’idée de garder l’endroit petit col Mao.

Et puis je me suis plantée dans la coupe du col. J’aurais pu le recouper mais en essayant de voir ce que ça donnait avec un col V, j’ai trouvé qu’elle était plus jolie.

Le tissu vient de chez the Sweet Mercerie. Il est doublé d’un voile de coton rouge.

  • Ma robe boutonnée noire :

Je l’avais depuis longtemps en tête celle-là ! Ça tombe bien, elle a été ma robe préférée cet été.

Le patron, vient encore de Burda, de l’édition en septembre 2014 (le modèle en couverture)

J’ai creusé le décolleté dos et raccourcie la jupe et tadaaaa ! Ma robe préférée de l’été 2019 !

  • Ma robe moutarde à pois :

Ce tissu, je l’aimais et je l’avais acheté chez the  Sweet Mercerie avec le rouge à fleurs noires.

Sauf que je trouvais que la couleur moutarde ne me va pas. Alors pourquoi l’avoir acheter ? Je ne sais pas !

Je me suis lancée en mixant deux patrons Burda : le haut d’une robe de novembre 2014, avec le bas de ma jupe boutonnée ( sans les boutons).

Je l’ai finalement adoptée et j’aimerais me refaire la même en lin rouge de mon stock, pour l’été prochain et peut-être une version plus classe en viscose noire.

  • Magnolia de Deer and Doe :

J’avais le patron et le tissu depuis un moment (le tissu même depuis trèèèèès longtemps !) avant de penser à les associer.

Et j’avais en tête une robe que j’avais vue sur Pinterest. Finalement, j’en suis assez loin (rien à voir avec la longueur de mes jambes :-D)

Par rapport au patron original,

  • j’ai fait des petits manchons  (si vous voulez faire la même chose, pensez bien à garder l’embu)
  • J’ai raccourci la jupe et diminué aussi un peu son ampleur
  • j’ai ajouté une large ceinture qui fait le tour de la taille

Je ne suis pas tout-à-fait satisfaite de cette robe, même si je la trouve très jolie. J’ai fait une taille 40 comme toujours chez cette marque, mais j’ai du beaucoup retoucher le corsage et il parait encore trop grand. Il y a toujours un surplus de tissu entre le corsage et la ceinture. J’ai vu le même surplus sur d’autres robes sur IG.

  • La robe Oxanne des 10 ans de mariage

Si vous connaissez le patron, vous voyez qu’elle a été hackée ! Hackée, pour se rapprocher d’une robe Sézane que je trouvais très jolie.

Le tissu est un crépon avec un fil Lurex venant  de la boutique Modes et travaux (Les Coupons de Saint Pierre). La doublure est une viscose qui collait super bien, venant du même endroit.Le vert est une première pour moi et je trouve qu’il ne me va pas trop mal.

Par contre, en voulant aplatir les pinces, j’ai évidement passé un coup de fer : le crépon a été lissé et on voit sur la photo que les pinces ne tombent pas super bien. Mais après un passage en machine, tout a repris sa forme originelle.

  • Ma robe so 90’s

Enfin, moi je la trouve comme ça. Mais j’ai vu une robe très ressemblante chez Bash. La mode est un éternel recommencement.

Ici, j’ai encore mixé deux patrons

  •  le haut d’une robe Burda de décembre 2017
  • le bas de la robe givre de Deer and Doe

Le tissu, vient encore de la boutique Modes et Travaux : un tissu extensible qui rend la robe hyper confortable !

  • La robe Raisin de Damned Good Caramel

Julie m’a proposé de coudre la robe Raison pour la présenter le jour de la sortie du patron, et j’en ai été enchantée !

C’est une robe pull pour un tissu maille. J’ai trouvé mon bonheur à la boutique Modes et Travaux, pour changer ;-). Hélas, cette jolie maille n’était pas adaptée à mon projet, car trop lourde, j’ai du réduire un peu la largeur de la robe.

J’ai essayé plusieurs manières de porter la robe, mais celle que je préfère c’est celle de la photo : avec une ceinture, et avec le décolleté V dans le dos.

  • Carole de FibreMood #1

Quand j’ai eu la chance de pouvoir choisir un patron dans l’édition 7 de FibreMood, j’ai sauté sur la robe Carole. J’avais déjà le tissu en stock de The Sweet Mercerie (que j’avais destiné initialement à une Magnolia de Deer and Doe).

Que dire de plus que j’adore cette robe, et que j’ai fait un manteau long spécifiquement pour pouvoir la porter en hiver !

  • Carole de FibreMood #2

Toutes les marques ont leur robe fleurie cette année et je voulais la mienne aussi !

Ce tissu, un jersey de la boutique Modes et Travaux (encore !), était destiné à faire une jupe midi, copie d’une jupe Bash. Mais quand j’ai eu l’idée d’associer ce tissu au patron de la robe Carole, cela a été comme une évidence ! Pour la jupe, j’ai simplement rallongé le haut de la jupe Carole (et donc sans le grand volant). Je l’adore et je regrette qu’on ait pas beaucoup d’occasions pour porter une robe dorée 😉

Maillot Maxime

L’année dernière, j’avais flashé sur le maillot Maxime de France Duval Stalla. Mais pas assez rapide pour me procurer le kit, et le patron n’est pas vendu seul.

Cette année, dès que j’ai vu qu’il y avait à nouveau des kits, j’ai sauté dessus !

J’ai failli ne pas avoir le temps de le faire avant de partir en vacances, ça a été juste !

Je vais essayer de répondre aux questions posées sur Instagram dans ce post.

Voilà tout d’abord les photos que j’avais montré sur Instagram :

Pardon pour ma tête fatiguée à 23h

Le kit comprenait le tissu, le biais élastique pour les bretelles, le décolleté et les cuisses, ainsi que le fil. Le patron est envoyé par mail par France. Il manque simplement le morceau de coton pour le “fond de culotte”.

Il est certain que de la laminette aurait été mieux pour les élastiques. Avec le temps, le biais élastique ne tiendra pas. Il doit être possible d’en ajouter, au milieu de biais plié. Mais ça complexifie grandement le montage.

Quand au tissu, il est superbe : mat, complètement opaque (le maillot n’est pas doublé) et il sèche à une vitesse !

Côté matériel, pas besoin de surjeteuse. Une machine suffit. Je parle des points employés plus bas. Il faut aussi, évidement, une aiguille jersey (sinon, gare aux trous !)

Quelques petits points concernant la réalisation :

  • France conseille le point élastique (point éclair) ou le point zig-zag. Pour ma part, ma machine a refusé d’avancer avec le point élastique. Trop d’épaisseur avec le biais préplié élastique. J’ai finalement opté pour un point zig-zag en 3 points. Je sais par expérience que le point zig-zag simple n’aurait pas tenu et je me souviens d’un cours de lingerie avec Marie Poisson, dans lequel elle préconisait le zig-zag en 3 points. Après deux baignades, je peux dire que ça tient !
  • France préconise également de bâtir avec le même point. Personnellement, j’ai bâti au point droit.  Ca fait moins de points sur l’envers.
  • Pour le fond de culotte, j’ai plutôt utilisé de la doublure maillot de bain à la place d’un morceau de jersey de coton (que je n’avais pas en stock). Au niveau du montage, il me semble que je n’ai pas appliqué la méthode présentée, qui laisse les marges de couture visibles. J’ai utilisé la méthode de montage des culottes.

Quelques point à améliorer sur le prochain maillot Maxime que je ferai :

  • J’ai fait une taille qui correspond à mes mensurations. Le maillot ne touchait pas la peau au niveau de la taille. J’ai repris sur les côtés au moins 2 cm. Je pense que pour le prochain, je ferai une taille S au niveau de la taille.
  • Ici, j’ai raccourci les bretelles d’au moins 5 cm (et je devrais peut être encore un peu les raccourcir, histoire de bien plaquer la poitrine), mais le mieux aurait été, je pense, de raccourcir la longueur du buste, de 4cm environ.
  • Même si la surjeteuse n’est pas obligatoire, je ferai probablement les coutures côté avec, pour une finition plus pro.
  • J’ajouterai aussi des boucles de réglage dans le bas du dos ( comme sur un autre maillot du commerce que j’ai)

Je vous laisse avec des photos en situation 😉


Robe vichy Le Grand Chemin

Vues les questions posées au sujet de ma dernière robe, je me suis dit qu’elle valait bien un post sur le blog. Depuis le temps ! (mais vous verrez que des selfies, je n’ai plus le temps de faire de vraies photos)

Mon patron de base est la robe 120 du burda de septembre 2017. Le tissu vient de la boutique Modes et Travaux à Saint Lazare.

Voici les modifications que j’ai opérées :

  • Le dos

Je flashais sur la robe ramona de la maison Victor. D’ailleurs j’avais acheté le magazine rien que pour cette robe. Oui mais le dos nu n’était pas compatible avec le boulot ( et vu le temps que j’y passe, j’essaye de maximiser cette compatibilité !). Et j’avoue que je n’aimais pas trop le devant du corsage.

Bref, le dos je disais donc. Pour le corsage, j’ai simplement coupé droit au niveau des aisselles. Pour les bretelles, je voulais initialement des bretelles croisées. J’ai donc simplement prolongé la bretelle jusqu’au haut du dos. Mais ça tombait mal. Des petites vagues par-ci par-là. Je les ai positionnées droite pour un essayage et ça m’a plu. Ah oui et les bretelles devaient être dans le droit-fil. Mais sur un tissu à carreaux, je préférais qu’elles soient prises dans le biais. ( c’est peut être pour ça, j’y pense, qu’elles faisaient des vagues quand elles sont croisées).

  • L’encolure

Petite modification rapide : j’ai simplement divisé la largeur par 2. Je trouvais qu’elle montait trop haut devant. Et j’ai donc également divisé la largeur des bretelles par 2.

  • Les pinces poitrines

C’est ma troisième et dernière modification. Enfin je parlerai plutôt de retouche. Il y avait déjà des pinces en dessous de la poitrine comme vous pouvez le voir sur le dessin technique. Mais moi ça baillait au-dessus. C’était vraiment pas beau ! Alors j’ai ajouté des pinces tout simplement. J’ai pensé recouper un devant en prenant en compte ces pinces mais je me suis dit que je n’arriverai pas à garder le volume. D’ailleurs si vous savez comment supprimer des pinces à cet endroit tout en gardant le volume, je suis preneuse !

Et donc là voilà finie !

Cousettes 2016 – 2/2

29 janvier 2017, il est temps que je continue la retrospective de mes cousettes de 2016.

Un jour, lors d’un cours de maquillage offert par des copines, on m’a dit que je devais éviter le jaune, car j’avais déjà le teint jaune. Mais pour une jupe, ça passe non ? La blague, c’est que c’est du crêpe de laine, autant dire que c’est chaud !!! Mais la couleur appelle l’été, et pour une jupe, sauf en cas de canicule, ça passe sans problème ! Je l’aime beaucoup, surtout portée avec du blanc ou du bleu. Il faut que je me fasse des hauts dans ces couleurs pour pouvoir la porter plus souvent ! (ici,avec une chemise en chambray, faite main bien sûr, mis jamais bloguée !) WIN !

tulipskirt

J’avais repéré un top sur Pinterest, avec de jolies découpes, pour lequel il fallait une base de manches raglan : Parfait pour la blouse Stockholm. J’ai “travaillé” dessus avec ma petite maman, pour bien reproduire ce que j’avais vu. La blague, c’est que je suis partie sur une taille 40, en suivant le tableau des mesures. Et c’était trop grand ! (note :  pour un vêtement ample, même si mes mesures correspondent au 40, vérifier en mesurant le patron qu’un 38, ou un 38,5 ne pourrait pas mieux convenir !) J’ai donc tout repris, et j’e suis très contente. Je l’avais fait dans un crêpe bleu marine pour le porter avec ma tulip skirt jaune, mais je crois que c’est avec un jean que je le préfère ! WIN !

blouseStockholmajourée

  • Mon Nettie bodysuit

Comme ma blouse Stockholm ajourée, je l’ai fait pour le porter avec ma tulip skirt jaune. Pour le moment, je ne l’ai porté qu’une seule fois, avec un jean… Je pens que ce sont surtout les occasions qui ont manqué. je l’ai cousu en plein été (trop chaud), et puis l’automne est arrivé super vite (trop froid). Je pense que c’est un patron de printemps.On verra si 2017 le confirme. par contre, j’avais hésité à le couper en t-shirt. et je me pose toujours la question : les marques du body sous le jean, c’est encore plus moche que les marques de la culotte. Mais c’est quand même un WIN !

nettiebodysuit

  • Ma robe asymétrique

Je l’annonce tout de suite : c’est une robe que j’ai cousu pour un mariage, je ne l’ai portée qu’une seule fois et je ne la reporterai probablement jamais ! Simplement parce que je n’ai jamais reporté, jusqu’ici, une robe cousue pour un mariage.

C’est un patron Burda. J’en suis très contente, car il a fallu ruser, pour faire rentrer le patron et le noeuds de l’épaule sur mon coupon. Par contre, le tissus se chiffonne très vite. Je n’avais pas suivi les explications et j’avais fait un bustier entoilé avec de la vlieseline bien raide en dessous, plutôt que de mettre un élastique au décolleté. Si un jour, je devais la reporter, je devrais resserrer le bustier, car la robe a un peu tourné pendant la soirée. Mais j’ai eu beaucoup de compliments 😉 WIN !

robeasymétrique

  • Mon manteau de printemps

Je voulais un petit manteau léger pour porter avec ma robe, au cas où. Et bien, je l’ai porté. Pas longtemps, mais je l’ai porté ! C’est un tissu doré donc peu de chance que je le reporte, mais il a fait son job : WIN

Pour la petite histoire, je suis partie d’une veste Lupin de Deer and Doe rallongée. Attention, ça ne passe pas au niveau des fesses, si vous voulez la fermer 😉 (ici, le but était justement de garder le manteau ouvert, donc pas de souci !)

manteaudeprintemps

  • Ma Zephyr

Elle est belle non, ma robe Zephyr mixée avec la jupe brume ? Je l’adore ! Je ne l’ai porté qu’une seule fois je crois (comme les deux robes qui suivent), car je l’ai faite en plein été, finie juste avant de partir en vacances. Et au retour, elle n’était plus de saison. Mais je compte bien la porter cette été. WIN !

brume

  • Ma robe portefeuille

Pour celle là, j’en ai ch.. ! oui, parce que le tissu préconisé par Burda, c’était un jersey, et ce n’était pas pour rien ! Ils comptaient la dessus pour draper les deux pans de devant. Oui, mais dans cette jolie viscose, pas possible. Il a fallut m’armer de patience pour réussir à faire quelque chose de portable, mais j’ai réussi ! Reste plus qu’à me tricoter un petit gilet blanc pour rendre le décolleté plus discret pour aller au boulot !

robeportefeuille

  • Ma robe Hossegor

Encore une robe dont je suis très fière, même si je ne l’ai portée qu’une seule fois, pour la même raison que les deux robes du dessus : terminée trop tard en saison pour pouvoir la porter (je fais ça tout le temps en fait, je ne porte souvent mes vêtements que l’année suivante). J’ai fait un gros mix de deux patrons Burda et je suis très contente. Il y a un truc qui cloche au niveau des bretelles, elles sont trop écartées par rapport à mon buste, et donc ça forme un pli. Mais j’en suis très contente. Peut-être que je le modifierai, ou pas. En tous les cas, elle ressemble exactement à ce que j’avais en tête : WIN !

robehossegor

  • Mon chemisier Suzon

Je sais, j’ai dit plus haut que le jaune n’était pas pour moi, et pourtant je l’ai fait quand même. Je suis super contente de ce chemisier Suzon de République du Chiffon, cousu dans un vichy acheté chez Lener à Hazebrouck. Ca a été chaud la correspondance des carreaux, mais j’ai vaincu ! (mais pourquoi je veux toujours faire des chemises à carreaux !!!). WIN WIN WIN !

suzon

Et ça s’arrête là, fin septembre. Je ressens souvent une grande fatigue avec l’arrivée de l’automne et en 2016, cela a été encore pire que les années précédentes. J’ai perdu le modjo de la couture. Mais après les vacances de Noël (j’ai pu prendre 2 semaines !), il est revenu !!!

J’ai terminé mon Aime Comme Montmartre commencé au Printemps dernier, et j’ai commencé une Brune de Delphine Morissette (dans une maille assez molle et lourde, on verra ce que ça donne). Malade depuis 1 semaine, avec la grippe qui s’est déclarée vers la fin, j’ai déjà stoppé la couture, mais c’est pour mieux repartir !

 

Cousettes 2016 – 1/2

Le bilan d’Emilie m’a donné envie, moi aussi de faire le mien : parmi mes cousettes de 2016, lesquelles sont des succès, lesquelles sont des échecs ! Et bien, je peux déjà vous dire que je n’ai pas de fail ! c’est cool non ? Même si pour certaines cousettes, je les porte peu, voire même, je ne les ai portées qu’une seule fois, il y a  toujours une bonne raison ! Donc pas de fail CQFD !

  • Mon Caban

caban

Mon caban (dont voici l’article). Je l’adore ! Il est super chaud. Mais de fait, je le porte peu, car un manteau très chaud, quand tu prends les transports en commun, c’est pas top. Mais on a besoin quand même d’un manteau très chaud parfois (genre la semaine prochaine avec les températures prévues à plus de 5 degrés en dessous des normales) WIN !

  • Ma Moneta rouge

moneta

La blague, avec cette robe, c’est que juste après avoir coupé le tissu, j’ai regretté car j’ai vu un patron pour faire un pull style boxie (vous voyez ?) qui aurait été parfait dans cette maille (maille que j’avais acheté loooongtemps avant). Et bien finalement, je dois me faire violence pour ne pas porter ma moneta (dont voici l’article) toutes les semaines. En plus, elle va très bien avec des escarpins, des motardes, des cuissardes, des ballerines… MEGA WIN !

  • Ma brume rouge

brumerouge

Je voulais me faire une autre brume, pour arrêter de mettre tout le temps ma brume en néoprène noir. J’ai utilisé les chute de tissus de ma robe rouge que je mets presque aussi souvent que ma moneta. Je ne peux pas dire que je mette cette jupe souvent. La maille épaisse en fait une jupe d’hiver. Elle est donc parfaite avec un gros pull, mais des gros pulls, j’en ai peu (mais je compte y remédier). Ceci dit, je l’adore avec mon Il Grande Favorito ! WIN !

  • Ma robe plissée

robeplissée

Ma jolie robe plissée (dont voici l’article) je ne la mettais pas très souvent l’hiver dernier. Et cette cet hiver, que j’ai eu le déclic. Et comment ? L’hiver dernier, je la portais exclusivement avec des bottes plates, basses. Et puis cette année, je me suis racheté des bottes (je n’en portais plus du tout, et les anciennes étaient défoncées, plus possible de les mettre sans souffrir le martyr !), pour avoir un petit look folk avec mes robes. Et bam ! Avec la robe plissée, j’adore ! L’homme m’a dit que ce serait encore mieux avec des bottes marrons, pour éviter le total look noir. Bon, je n’ai pas trouvé les bottes marrons de mes rêves, mais j’ai trouvé de superbes bottes en nubuck rouge, pendant les ventes privées juste avant les soldes. Ca va être terrible ! à suivre sur instagram ! WIN !

  • Ma robe verte

robeverte

Pour celle-ci, je dirai que c’est un semi-win. Je m’explique : le patrons est fait pour un tissu extensible, mais pas pour de la maille qui est donc un peu trop extensible. Il y a donc des tensions, dans les différentes coutures, nombreuses dans cette robe. Elle est un peu trop longue aussi. Mais je la garde bien en tête, pour la retoucher, car je l’aime beaucoup (d’ailleurs, je lai un peu mise), dans cette couleur inhabituelle pour moi ! SEMI WIN !

  • Ma chemise à carreaux

chemiseacarreaux

Peut être bien la pièce que j’ai le plus portée ! Elle regroupe 3 couleurs que j’adore : Noir – Blanc – Rouge. Et en plus, je la porte aussi bien au printemps, qu’à l’automne ou en hiver ! C’est un patron burda de septembre 2009. Les manches sont peut être un peu trop larges, mais comme je ne les portes que retroussées, pas de pb ! MEGA WIN !

  • Mon Bowline sweater

bowlinesweater

Quand j’ai vu le patron, présenté dans un tissu à rayures, j’ai adoré et j’ai tout de suite pensé à cette maille que j’avais en stock. Et hop ! Il mériterait que je fasse un petit point à la main pour maintenir le pli en place. Il mériterait de passer aussi à la tondeuse, parce qu’il bouloche 🙁 Si vous suivez mes #ootd sur instagram, vous me direz que je ne le porte pas très souvent. En effet, et c’est simplement parce que ça ne correspond pas à mon look du boulot. Les jours de week ends n’étant pas aussi nombreux que ceux de la semaine, forcément, je le porte moins que d’autres pièces. Mais c’est quand même un WIN  !

  • Ma blouse stockholm bicolore

blousestockholmbicoloreL’idée des manches d’une couleur différente de celle du corps m’est venue tout de suite, en repensant un t-shirt Zara que j’avais il y a 15 ans (ça ne nous rajeunit pas ma bonne dame !). J’ai d’ailleurs été étonnée de voir aussi peu de version avec une couleur de manche différente. Comme mon bowline sweater. il donne un look casual, réservé donc aux week ends. Mais ce n’est pas parce que je ne le porte pas autant que d’autres pièces, que je ne l’aime pas : WIN !

 

Ce n’est pas tout pour 2016, mais il faudra attendre pour la suite !

 

Robe Hossegor

J’avais repéré sur Pinterest, une robe bustier avec un joli jeu de rayures. Et j’ai eu très envie d’en faire une, dans le même style. robe-hossegor-3 J’ai trouvé le tissu à la boutique Modes et Travaux, vrai lieu de perdition pour moi ! robe-hossegor-4

Vous la voyez l’incruste ?

Pour le patron, l’idée d’une robe bustier me plaisait beaucoup. Mais j’avais envie de pouvoir la mettre au boulot, il fallait donc des bretelles. J’ai fait un mix, sans toile, de deux patrons Burda : la robe bustier du burda d’avril 2012, déjà réalisée deux fois, ici et  et une robe du burda d’avril 2013. robe-hossegor-2 Je l’aime beaucoup. C’est exactement le rendu que je cherchais.

robe-hossegor-5

Oooh les vilaines marques de bronzage …

Elle a néanmoins un petit défaut : les bretelles sont trop écartées. Et comme elles sont en deux parties, incluses dans les pièces de côté dos et devant, je ne peux pas les rapprocher, à moins de recommencer le bustier (Peut-être l’année prochaine …) robe-hossegor-1

Jupe Tulip et Blouse Stockholm

 

 

jupe-tulip-et-blouse-stockholm-7Une fois n’est pas coutume, je fais un post pour deux vêtements : ma tulip skirt de sew over it et ma blouse stockholm modifiée.

 

jupe-tulip-et-blouse-stockholm-8

La jupe tout d’abord. Je faisais une fixette sur cette forme de jupe. J’ai longtemps hésité à acheter le patron. Avec ma collection de Burda, je devais bien trouver l’équivalent. Oui mais non, il y a avait toujours quelque chose qui n’étaient pas comme je voulais.

 

Au premier essayage et première photo sur instagram, le commentaire de ma soeur et sans appel : ma jupe est transparente … Il faut donc ajouter une doublure. Groooooosse flemme. Mais je l’ai fait ! Sinon, je n’aurais pas pu la porter ! J’en ai profité pour reserrer le bas. Elle n’était finalement pas aussi serrée en bas que je l’aurais voulu (finalement, j’aurais pu utiliser un de mes patrons Burda ! )

 

J’ai fait une taille 10. A la taille, elle est peut-être un chouilla grande. Mais comme ça, j’ai un peu d’aisance 😉

 

jupe-tulip-et-blouse-stockholm-4

La blouse ensuite. J’avais repéré ces découpes sur un top vu sur Pinterest. Et je pense ne pas être la seule ! J’ai cogité longtemps, longtemps … J’ai fait dessiné les découpes sur le patron que j’avais déjà décalqué t38, pour une version que je n’ai pas encore publiée ici. Puis j’ai encore cogité et je me suis lancée, en redessinant les découpes sur la t40.

jupe-tulip-et-blouse-stockholm-1

 

La manière dont j’ai procédé n’est pas très académique. Mais j’ai eu quelques demandes sur instagram pour un tuto. J’essayerai de le faire.

 

Cette fois, au premier essaye, pas de problème de transparence, mais elle était clairement trop grande ! j’ai donc démonté ce qui devait être démonté, enlevé les pinces qui finalement ne servaient à rien, coupé, et remonté pour avoir l’équivalent d’une t38.

jupe-tulip-et-blouse-stockholm-2

 

Et donc voilà ma jolie tenue, jaune et bleue que j’adore !

jupe-tulip-et-blouse-stockholm-3


jupe-tulip-et-blouse-stockholm-5

 

Darling Ranges

 

 

Cette fois, tout est parti d’une robe de Paris_London_NYC, que je trouvais super jolie.

darling-ranges-2

Le patron de la Darling Ranges de Megan Nielsen s’est imposé assez vite, car il correspondait à la robe.

Pour le tissu, j’ai mis un peu plus de temps. Je savais que c’était du liberty qu’il me fallait. Oui mais lequel. J’ai finalement trouvé le Liberty Ciara noir chez Mamzelle Fourmi.

darling-ranges-1

Des petits ajustements sur cette robe :

  • Au dos de la jupe, il faut ajouter un petit ruban pour froncer la jupe à la taille. Je ne suis pas fan des fronces à la base, je trouve que ça a une légère tendance à élargir le popotin. Et puis il y en avait déjà assez. J’ai donc fait des pinces, mais un peu au dernier moment. J’avais déjà  monté la jupe sur le haut. et comme j’avais posé un biais sur ma couture, j’ai eu la flemme de tout enlever. Certes, à l’intérieur ce n’est pas top, mais pas si moche. Et surtout, à l’extérieur, ça ne se voit pas !
  • Au niveau des épaules, comme ça m’est déjà arrivé sur d’autres patrons, il a fallu que je reprenne côté encolure, car ça baillait. D’ailleurs, ça mériterait que je reprenne encore un peu (même si ça ne se voit pas sur les photos).

darling-ranges-3

Je l’ai portée cet hiver avec des motardes ou mes cuissardes plates en daim pour casser le côté “robe à fleurs cul-cul” (je portais aussi une petite robe à fines bretelles Petit Bateau et un gilet, parce que le Liberty, ce n’est pas chaud !)
darling-ranges-4